14/10/2011

Dans la TG de ce jour, 20000 signatures en faveur des sans-papiers !

Vider la démocratie de ses fondements, l’art de la politique d’aujourd’hui me donne l’envie de la provocation pour que la réflexion reprenne le dessus. Les lois n’ont de sens que si elles sont applicables et non pas alibi pour faire plaisir aux différents courants de pensée de notre société actuelle.


Stop à l’hypocrisie, Messieurs du PS, des Verts, Unia et autres ! Vous nous prenez vraiment pour des débiles ; vous vous asseyez sur les principes de la démocratie en soutenant des actes illégaux (employeurs-employés) et c’est vous qui, avec la complicité d’une certaine droite, nous gouvernent ! Oui, d’une certaine droite ! Puisque cette dernière nous dit en avoir besoin, alors changer les lois mais on risquerait le référendum ! De ce coté là, l’épouvantail UDC fonctionne bien, bien qu’il n’ait que 30% ; donc pas la majorité de 51% !

Tout le monde comprend bien qu’Il est plus facile de défendre les « sans-papiers » que ceux qui les emploient car ils font, en majorité, partie de l’establishment de ce pays dont vous faites, aussi, partie.

Et pourtant ce serait si simple !

Amende en % du revenu et de la fortune des employeurs plus une indemnité forfaitaire de 12 mois de salaires selon la convention de travail du secteur ou ils sont utilisés comme aide au retour dans leur pays. Vous verrez comment il sera facile de revenir à la légalité !

Le double langage de la gauche qui parle toujours de la privatisation des bénéfices et de la socialisation des pertes et qui pourtant le fait en soutenant cette attitude car l’aide sociale aux familles, le logement qu’il faudra trouver aux enfants, etc. de ces sans-papiers sera pour le bon peuple pendant que ceux qui les emploient mettront un peu plus d’oseille dans leur poche dont beaucoup sont des patrons étrangers exploitant leur propre compatriotes et que ces derniers se taisent de peur de devoir repartir. Il faut aussi ne pas passer au silence que certains étrangers sont dans les hautes instances de certains syndicats. Tout ce petit monde se tient par la barbichette.

Je me rappelle toujours la remarque que l’on m’a faite lorsque je faisais remarquer que l’un ou l’autre du couple pouvait bien s’arrêter un jour par semaine pour faire le ménage ou même que celui qui gagnait le moins pouvait s’arrêter de travailler ce qui aurait permis de laisser une place de libre à quelqu’un d’autre comme à des célibataires obligés de trouver du travail : « Nous avons fait 7 ans d’études, on doit rattraper ces années ». Comme si les ouvriers pouvaient accumuler autant d’argent pendant le même laps de temps !

En 1997, lors d’une interview par la TG, je déclarais espérer un « capitalisme humain » car cela serait la seule solution au maintien de ce système ou il disparaîtra comme les autres.

Oui, Messieurs les politiciens, continuer votre petit manège du double langage mais attention, quand la masse des abstentionnistes en aura tellement marre de cette attitude irresponsable et qu’elle montra aux barricades, bonjour les dégâts. Un jour ou l’autre, le couvercle de la marmite, qui sous pression depuis des années, finira bien par sauter !

Herbert Ehrsam

12:19 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Très bon commentaire, mais vous allez vous faire traiter de racistes par la Gauche, car certaines vérités sont interdites à dire...

Écrit par : Anonyme | 14/10/2011

Voua avez raison, celà fait longtemps que je ne comprend pas ce laxisme. Les employeurs qui emploient des clandestin devrait être très fortement frappé, principalement sur leur fortune personnelle.
Une fois acquis, on peut mettre à jours les situations des clandestins qui travaillent depuis plusieurs années.
Dans la situation actuelle, régularisé, ils vont, pour beaucoup, être licencié afin d'être remplacé par d'autre clandestins.
Sans compter que c'est favoriser une sorte de délinquance au dépend de ceux qui honnêtement font une demande officielle de permis de travail.
Mais les vrais coupables sont d'abord les employeurs. Ensuite les politiques qui acceptent cette situation qui favorise le travail au noir.

Écrit par : roket | 14/10/2011

Les commentaires sont fermés.