01/06/2012

Asile politique ! un acte politique ?

A Berne, révision de la loi sur l'asile, ne continuons pas à faire n'importe quoi !

L'asile politique pas pour n'importe qui !

Si le refus de servir dans un pays démocratique et ne s'ingérant pas militairement dans les affaires d'autres pays est inadmissible; celui, concernant certains pays à parti unique qui maintiennent artificiellement un état de guerre avec ses voisins, doit être admis. Les vestiges du système à la soviétique dans ce vaste monde existent encore bel et bien !


La Suisse doit avoir le courage de fixer les limites de l'asile selon des critères précis comme :

- la personne doit avoir les mêmes critères démocratiques que nous : la femme égale à l'homme, reconnaître la laïcité ou le civil prime sur le religieux. Le demandeur d'asile doit être informé sur notre système et s'engager à se plier sans faille à nos règles pour avoir une chance d'être accepté.

- Il ne faut pas oublier qu'avec les bouleversements actuels dans certaines régions du monde, nous serons amenés à accepter d'importantes demandes de personnes judéo-chrétiennes et par rapport à notre culture religieuse nous aurons le devoir de les accepter. Nous devons éviter qu'elles croisent dans notre pays des personnes qui veulent leur éradication.

Si nous y prenons pas garde, nous aurons de graves problèmes entre communautés dans les années à venir et comme le disent certains, nous ne sommes pas une île et il y a qu'à voir ce qui se passe dans d'autres pays ou des religieux tiennent des propos incendiaires vis-à-vis des autochtones N'oublions pas que pendant que l'on donnait asile à des personnes fuyant les dictatures communistes (régime marxiste) d'autres, défendant cette même idéologie, venaient demander l'asile; en somme, nous accordions les mêmes privilèges aux bourreaux qu'à leurs victimes. Les grandes phrases vantant le multiculturalisme sont une chose et la réalité une autre et je sais de quoi je parle.

Conclusion : LE TOTALITARISME IDEOLOGIQUE OU RELIGIEUX D'OBEDIANCE ETRANGERE N'A RIEN A FAIRE DANS NOTRE PAYS D'AUTANT PLUS QUE L'ON SAIT PAS SI, AU NOM DE CELUI-CI, ILS N'ONT PAS COMMIS DES CRIMES SUR DES CONCITOYENS.

 

(Les années passent mais le Sud-Vietnam, pays qui était reconnu par les Nations Unies restera toujours dans mon coeur car il aurait pu devenir, comme d'autres nations, un pays démocratique, un exemple parmi les autres)

Commentaires

Disons que lorsque le nombre de réfugiés devient un problème pour une société, il est normal qu'en l'absence des partis traditionnels qui se taisent d'autres voix émergent et partent dans les décors, le décor de la gauche n'est guère plus reluisant que celui de la droite en matière d'asile, non ?

Écrit par : Corto | 01/06/2012

Les commentaires sont fermés.