21/12/2013

Budget du Canton, sur un air déjà connu !

 

Qui dit que l’histoire ne se répète pas !


 Refus du budget par :

-        « Ensemble à gauche » une gauche populaire ou populiste, à votre libre choix, dans la lignée du Parti du travail, il y a quelques années. Dépenser plus et autrement.

-        l’U.D.C. parti conservateur dans la lignée de Vigilance pour une orthodoxie financière afin que les générations futures ne soient pas trop pénalisées.

Acceptation du budget par :

-        Les Socialistes, la gauche « intello ». 

-        Le PLR, la haute, moyenne et petite bourgeoisie (dont mon père faisait partie en bon vieux radical et qui reste enfoui au fond de mon propre cœur même si j'ai décidé depuis longtemps de ne pas me fondre dans un parti politique, maintenir ma liberté absolue de pensée critique et constructive).

-        Le M.C.G., ni de gauche, ni de droite, mouvement populaire ou populiste à votre libre choix lié indirectement à leur présence au niveau de l’exécutif. L’avenir nous indiquera la vraie tendance de ce dernier.

En écoutant les débats au Grand Conseil, je serais enclin à faire confiance au nouveau Conseil d'État, une quasi nouvelle équipe relativement jeune.

Si je devais donner des conseils à l’exécutif, je leur suggérerais de pendre chaque rapport de la Cour des comptes sous les bras puis de se rendre auprès des fonctionnaires concernés (Chef et employés) pour discuter de la façon obligatoire d’appliquer les recommandations faites.

Ma position, comme Président de HAD, est qu’avant de s’attaquer aux prestations sociales ou aux impôts, c’est d’améliorer les structures de l’État en chassant le « gaspi » et cela ne peut se faire sans une implication étroite de tous les collaborateurs, du petit employé au grand chef.  Il faut bien sûr qu’ils se sentent en confiance et surtout ne pas être influencés par des directives purement idéologiques**

C’est clair qu’il faudra se battre contre certains syndicats qui n’ont comme objectifs, détruire notre système plutôt que de voir l’intérêt de la fonction publique ou de la population à long terme. 

En conclusion, bon vent au nouveau Conseil d’Etat et ce ne sera pas une sinécure en voyant la volatilité de la composition de cette assemblée législative qu’est le Grand-Conseil.

C’est cette dernière institution qui sera la seule responsable de la réussite ou de l’échec des prochaines législatures et par là de l'avenir de notre canton et la pérennisation sociale de ses citoyens!

 

** Il y a quelques années, un fonctionnaire m’a parlé d’une solution intéressante pour régler un problème et quand je lui ai demandé si elle avait été mis en place, sa réponse était «  que son chef lui avait dit que ce n’était pas possible, car cela pourrait déranger une commission politique… » Les bras m’en sont tombés et j’ai compris que l’on avait tout fait pour que les auditeurs de Arthur Andersen ne creusent pas trop profond. J'ai l'intime conviction qu'ils n’ont pas eu les coudées franches.

 

Les commentaires sont fermés.