10/03/2014

La bêtise peut ne pas tuer !

 

TG 8-9 mars 14 Déclaration du parti du travail :

"Olivier Jornot incarne, en collaboration avec le conseiller d'Etat Pierre Maudet, le tout- répressif, une politique de criminalisation de la misère et de la répression aveugle et indiscriminée, hostile aux classes populaires de ce canton"

 


 

Quand on sait qu'environ 80% des détenus sont des étrangers venant de l'étranger, les classes populaires de ce canton devraient exiger des excuses de ce parti !

 

C'est un mépris total de ces classes populaires qui subissent les effets de ces salauds qui s'attaquent, la plupart du temps, à des personnes âgées, handicapées, petits commerçants, aux personnes socialement faibles avec la drogue, etc.

 

Merci, aussi, au printemps arabe qui a ouvert la porte aussi bien aux prisonniers politiques qu'à ceux de droits communs qui se sont empressés de quitter leur pays pour ne pas retourner faire leur peine de prison ! Merci, aussi, à tous ces pays qui refusent de reprendre leurs délinquants, bien sûr, ils sont intelligents, vaut mieux dans les prisons chez-nous que chez eux, des charges en moins dans leur budget.

 

On devrait modifier l'internationale comme suit : Criminels de tous les pays unissez-vous pour combattre l'impérialisme des gens honnêtes … 

 

Décidément nous vivons dans une triste société ou les droits de l'homme sont de plus en plus brandis pour des individus qui ont des agissements pires que des bêtes, la bête tue pour manger pas pour autre chose.

 

Quand on parle que la prison doit permettre de réinsérer les condamnés dans la société, c’est peut-être vrai pour les délinquants suisses, mais pas pour les étrangers ou alors de faire payer le travail de réinsertion aux pays concernés.

 

Pour être constructif, diverses propositions :

 

1. Chaque canton doit gérer ses propres délinquants, donc à la Confédération de gérer les délinquants étrangers en construisant des prisons fédérales ou en utilisant immédiatement les anciens forts militaires. Si nos militaires pouvaient y vivre, c'est qu'ils sont aptes à accueillir des prisonniers de longue durée. 

 

2. Plus d'avocat de la première heure, la police doit avoir, au moins, deux jours pour rassembler les preuves de la culpabilité du prévenu. (Sauf erreur, en France, c'est 48 heures de garde à vue). Dans un système démocratique, on n’arrête pas pour rien les gens. Le nouveau système de procédure ne semble  t’il pas favoriser les délinquants que les victimes ?

 

Je crie donc, haut et fort, merci Monsieur le Procureur Jornot et Monsieur Pierre Maudet de prendre en considération les appréhensions sécuritaire du peuple genevois. Je dois aussi reconnaître que le parti socialiste a montré une certaine intelligence en ne contestant pas la future élection de notre procureur. Nos bisous ours sont enfin descendus de leur nuage !

 

Les commentaires sont fermés.